|

La revue de l'IT

Open
Windows Server
Windows Server 2012, une infrastructure conçue pour le cloud ?
 Qu’évoque pour vous le 14 juillet 2015 ? La fête nationale ? Oui, mais pas seulement ! C’est aussi – et surtout – la date officielle de la fin du support de Windows Server 2003/R2. Après plus de dix ans de bons et loyaux services, la célèbre plate-forme de Microsoft ne sera alors plus « supportée ». L’occasion de migrer vers une infrastructure plus moderne, agile et orientée cloud.

Windows Server 2003 R2 est mort, vive Windows Server 2012 R2. À la clé : services de cloud intégrés, flexibilité optimale, nouvelles fonctionnalités et améliorations en termes de virtualisation, gestion, stockage, mise en réseau, infrastructure de bureau virtuel, protection des accès et des informations, web et plate-forme d'applications, etc.

Windows server

Pourquoi migrer ?

Le support général pour Windows Server 2003 est officiellement terminé depuis juillet 2010. La version R2 a bénéficié d’un sursis de trois ans mais seules les mises à jour de sécurité ont été publiées durant cette période. En juillet prochain, tout sera fini. Or, les estimations les plus optimistes évaluent à environ deux cents jours (près de sept mois) le temps nécessaire à la migration d’un serveur et à plus de trois cents jours pour la migration des applications, soit près de dix mois. Il est donc plus que temps de s’y atteler.

La fin du support Windows Server 2003 R2 peut avoir un impact dramatique sur votre business :

 • Plus de patches de sécurité fournis par Microsoft : une infrastructure moins stable et moins sécurisée pour votre entreprise.
• Plus aucune mise à jour : en 2013, 37 mises à jour critiques ont affecté Windows Server 2003/R2. Sans ces mises à jour, votre infrastructure deviendra vite obsolète.
• Non-conformité de l’infrastructure par rapport aux standards de l’industrie et aux règlementations : attention aux pénalités financières !
• Un surcoût considérable pour maintenir votre infrastructure et la sécuriser face aux intrusions extérieures.
• Impossible de réussir l’audit de conformité pour vos installations virtuelles et physiques.
Les conséquences pour l’entreprise et ses performances s’avèrent donc critiques. À la clé : c’est votre compétitivité et même votre image de marque qui risquent d’en pâtir.


Êtes-vous « cloud ready » ?

70 % des DSI se lanceront dans une stratégie “cloud first” en 2016 alors que 45 % des services IT globaux tourneront sur le cloud en 2020. L’heure n’est plus de se demander s’il faut aller sur le cloud mais comment y aller. En ce sens, migrer votre infrastructure Microsoft est une opportunité de vous ouvrir au cloud en toute simplicité et sans transformer en profondeur votre environnement ni vos habitudes de travail.

Le cloud au cœur

Windows Server 2012 intègre nativement la philosophie et les briques cloud au cœur de son architecture. Vous avez ainsi l’opportunité de transformer votre datacenter et vous bénéficiez nativement des avantages de Microsoft Azure, véritable Infrastructure as a Service (IaaS).

Lorsque vous envisagez de migrer vers un modèle de cloud hybride, trois questions clés s’imposent :

 - Quelles sont les options de cloud on demand proposées ? Flexibilité totale, alignement sur vos standards métiers, maintenance et gestion des ressources…
- Vais-je réduire mes coûts et la complexité de mon infrastructure ? Le cloud présente un certain nombre d’innovations pour résoudre ces problèmes.
- Enfin, vais-je pouvoir déployer une réponse plus rapide auprès des métiers ? C’est le point le plus important : la transformation de votre datacenter doit vous tendre vers plus de rapidité pour délivrer vos services en interne.

Microsoft Azure vous offre un datacenter sans limites : vous avez la possibilité de dépasser les ressources dont vous disposez en interne. Vous pouvez accéder facilement à vos ressources cloud lorsque cela a le plus de sens pour votre business :

- Pour bâtir de nouvelles applications
- Pour permettre à l’infrastructure de répondre à des demandes en hausse
- Pour réduire les coûts de stockage, de sauvegarde et de récupération des données

De plus, vous tirez avantage d’une expertise éprouvée sur plus de 76 marchés mondiaux auprès d’un milliard de clients et 200 milliards de services qui tournent dans le cloud ! Une récente étude IDC met en avant l’importance de la confiance dans leur fournisseur de solution cloud pour 60 % des clients. 65 % affirment même que leur fournisseur doit être capable de « rapatrier » la solution cloud sur site si besoin. Or Microsoft Azure utilise le même format de machines virtuelles que Windows Server. Vous aurez toute la flexibilité de déplacer votre charge de travail là où vous le souhaitez.



Pour aller plus loin
WS 2012 : 4 étapes clé pour réussir votre migrationWindows Server: A chacun sa migration
Windows Server: Pourquooi migrer (et pour aller où)Windows Server: 7 Levier pour sortir du Shadow IT 
Les plus lus

 DELL HUB Entreprise – Cloud - Le Cloud avance, la sécurité patiente



DELL HUB Entreprise – Windows Server : Pourquoi migrer (et pour aller où) ?

 

DELL HUB Entreprise – Mobilité - Etude : La révolution des modes de travail